cinéblog - http://cinecinema.zeblog.com/

» cinéblog (http://cinecinema.zeblog.com/)

nani

naniculture ciné

Blog

Derniers billets

Compteurs

Liens

Fils RSS

Alfred Hitchcock

Par nani :: 13/05/2007 à 18:13

          Alfred Hitchcock

      
Alfred Joseph Hitchcock (13août 1899 à Londres- 29 avril 1980 à Los Angeles) cinéaste à la fois Britannique et Américain.
          
      

De son père, Sir Alfred hérita d'un amour inconsidéré pour la nourriture ce qui explique l'allure rondouillarde qu'il arbora relativement jeune, jusqu'à peser près de cent soixante kilos au début de sa carrière américaine !

      

Les films d'Alfred Hitchcock sont parsemés de références au métier de son père.
Par exemple, dans le film Agent secret, John Loder (le héros du film) se déguise en épicier pour démasquer des espions.

Un des derniers film d' Alfred Hitchcock, Frenzy, se déroule en grande partie dans le marché aux fruits et légumes de Covent Garden.De même, le scénario du dernier film sur lequel Hitchcock a travaillé The short night contient quelques scènes du marché d'Helsinki.

 Grace Kelly confiait :


 

"Hitchcock est français par son coté gourmet, il aime beaucoup la cuisine et les vins français. Quand nous avons tourné La main au collet
et déjà sur le tournage de Fenêtre sur cour, Hitchcock faisait le régime car il voulait disposer de cinq kilos "to play with", c'est à dire pour pouvoir grossir en mangeant bien en France. Quand il est arrivé pour tourner, il a mis trois jours pour descendre de Paris à Cannes en s'arrètant dans les grands restaurants... "

 

L'anecdote la plus célèbre sur l'enfance du petit Alfred est l'épisode du commissariat de police qui fut raconté entre autres par Patricia Hitchcock, la fille de Sir Alfred. Le père d'Alfred Hitchcock était un grand nerveux à l'humour difficile. Lorsqu' Alfred était agé de quatre ou cinq ans, il l'envoya au commissariat (car le père y connaissait le commissaire) avec une lettre. Après lecture de la lettre, le commissaire enferma le petit Alfred durant quelques minutes dans la cellule du poste de police ! En dehors du coté traumatisant de l'incident, la punition reçue par ce gamin de cinq ans fut des plus profitable pour le cinéma, car la terreur qu'inspirait à Hitchcock les policiers se retrouve dans la majorité de ses films. Vous pouvez entendre Alfred Hitchcock raconter cette anecdote.


 
             Cary grant et Grace Kelly dans la main au collet


La plupart du temps, Hitchcock se venge en présentant les policiers comme des incapables complètement à coté de la vérité. Pour ne citer que les références les plus célèbres: La mort au trousse, La main au collet ou bien Le crime était presque parfait. Cependant, ce n'est que dans son dernier scénario The shirt night que l'histoire est citée textuellement.


 


Alfred Hitchcock s'en est également pris aux prêtres car ses parents (catholiques, chose rare en Angleterre) l'avait placé dans un collège de Jésuites où le petit Alfred était terrorisé par les châtiments corporels.
Cette animosité vis-à-vis du clergé se retrouve entre-autres dans La loi du silence, le faux coupable et complot de famille.

 


A la mort de sa mère, Hitchcock quitte le collège pour entrer dans une école technique (School of Engineering and Navigation).

Contrairement à beaucoup de réalisateurs dont la composante littéraire est très affirmée, Hitchcock, restera toujours un amoureux de la technique et du perfectionnisme de scènes très complexes. Pour ne citer que les plus célèbres, la scène de la douche de Psychose ou bien celle des ciseaux dans Le crime était presque parfait.Cette particularité du cinéaste lui vaudra certainement de n'avoir jamais été vraiment reconnu à sa juste valeur d'artiste et entre autres de n'avoir jamais eu d'oscar à Hollywood...

 
  
Janet Leigh : la scène de la douche, cliquer ici


Pour gagner sa vie, le jeune Alfred (il a alors 19 ans) entre à la compagnie télégraphique Henley ; en même temps, il suit des cours de dessin à la section des Beaux-Arts de l'Université de Londres.

        

Grâce à ses dons pour le dessin et après avoir été spécialisé dans le calcul des câbles électriques sous-marins, il est muté au service publicité de chez Henley.
Quelques temps plus tard, Hitchcock collabore avec la société américaine
Famous Players-Lasky (filiale de Paramount) qui ouvre une succursale à Londres.
Son travail consistait à illustrer les cartons affichés entre les séquences des films muets de l'époque. Les dons évidents du jeune Alfred pour le dessin font qu'il est définitivement embauché comme chef de la
section des titres.
Il entreprend à cette époque (1922) la production et la réalisation d'un film qui ne sera jamais terminé (il ne fera que deux bobines) Number thirteen.

Hitchcock devient bientôt assistant metteur en scène dans la compagnie que Michael Balcon avait fondé et il propose de racheter les droits d'une pièce de théâtre intitulée Woman to woman
dont il se propose de réaliser également le script. C'est lors de ce tournage qu'il rencontrera Alma Reville qui deviendra sa femme.

 

Hitchcock sera ensuite co-scénariste, décorateur, assistant réalisateur et même monteur sur The white shadow en 1923, Passionate adventure en 1924, Blackguard en 1925 et The prude's fall également en 1925.

Ce n'est qu'en 1926 qu'il réalisera son premier film en tant que réalisateur, The pleasure garden.

 
                    Un extrait du film :
ici

Il réalise ensuite The mountain eagle qu'Alfred Hitchcock qualifiera lui-même de mauvais film et qui est considéré comme perdu (il n'en reste que quelques photos).

Cependant, le premier véritable
Hitchcock picture est certainement The lodger également réalisé en 1926 qui contient tous les ingrédients des futurs succès : une fille blonde, un étrangleur, un locataire injustement soupçonné et un juste dénouement...

 
                                                                             court extrait :
ici

Il termine l'année par la réalisation de Downhill qui n'eut pas un grand succès.
En 1927 il réalise Easy virtue
et The ring  qui est un des rares films d'Hitchcock sans intrigue criminelle.
En 1928, il réalise The farmer's wife 
puis Champagne dont il dira lui-même: " c'est probablement ce qu'il y a de plus bas dans ma production. "
En 1929, il réalise son dernier film muet The manxman puis Blackmail
(Chantage) qui bénificiera de la nouvelle technique du cinéma parlant (il en existe une version muette et une parlante).


Dès lors commence pour Hitchcock la fabuleuse carrière que nous lui connaissons avec la période anglaise (jusqu'en 1939) et la période américaine à partir de 1940 avec le film Rebecca.


    


Alfred Hitchcock a tourné 54 films pour le cinéma et tous ont un point commun, un style reconnaissable entre mille dès les premières minutes du film.Hitchcock a utilisé (et certains critiques lui reprocheront) les mêmes recettes tout au long de ses 54 films :

Le MacGuffin

Le MacGuffin est un concept fondamental dans le cinéma d' Hitchcock. L'origine du mot viendrait de l'histoire suivante, racontée par Hitchcock :
Deux voyageurs se trouvent dans un train en Angleterre.
L'un dit à l'autre :
- "Excusez-moi Monsieur, mais qu'est-ce que ce paquet à l'aspect bizarre qui se trouve au-dessus de votre tête ?
- Oh, c'est un
MacGuffin.
- A quoi cela sert-il ?
- Cela sert à piéger les lions dans les montagnes d'Ecosse
- Mais il n'y a pas de lion dans les montagnes d'Ecosse
- Alors il n'y a pas de MacGuffin" .

Hitchcock citait souvent cette histoire pour se moquer de ceux qui exigent une explication rationnelle à tous les éléments d'un film.
Ce qui l'intéresse c'est de manipuler le spectateur, de le promener au fil de l'histoire et qu'il ait aussi peur que le héros ou l'héroïne de son film (Hitchcock aimait dire qu'il faisait ses films avant tout
pour les autres et qu'il avait beaucoup de mal à comprendre ceux qui réalisaient par pur nombrilisme).

Dans les films d'Hitchcock, le
MacGuffin est souvent un élément de l'histoire qui sert à l'initialiser voire à la justifier mais qui s'avère en fait sans grande importance au cours du déroulement du film.
Dans Psychose
, le MacGuffin est l'argent dérobé par Marion à son patron au début du film, il va sans dire que la suite est tellement prenante que l'argent est bien vite oublié, mais c'est lui qui a initialisé l'histoire.



Mais Hitchcock fait encore plus fort dans La mort aux trousses. Comme il le dit lui-même :
"Dans ce film, j'ai réduit le MacGuffin au minimum. Quand Cary Grant demande à l'agent de la CIA à propos du méchant James Mason : "Que fait cet homme ? Oh, disons qu'il est dans l'import-export de secrets d'état".
 Et c'est tout ce que nous devons dire. Mais toute histoire d'espionnage doit avoir son MacGuffin, que ce soit un microfilm ou un objet quelconque caché dans le talon d'un escarpin."


Les apparitions

A partir du film Rebecca, Hitchcock apparaîtra le plus souvent dans ses films au point que le spectateur est très déçu lorsqu'il n'arrive pas à le voir. Cette attitude est extrêmement rare chez un réalisateur car bon nombre d'entre eux ne se montrent jamais à l'écran. Ceci est encore une des ambiguïtés de la personnalité d'Hitchock qui fut toute sa vie complexé par son physique mais ne manqua pas une occasion de se montrer !

Certaines apparitions sont devenues presque plus célèbres que les films comme celle de L' inconnu du nord-express dans laquelle il monte dans un train avec une contrebasse.


Voici la liste des apparitions de Hitchcock dans ses films :

- Les cheveux d'or :
4'32 = Alfred de dos dans une salle de rédaction, il téléphone.
82' = Il est avec les témoins du sauvetage de Novello, il porte une casquette.

- Chantage :
10' = Dans le métro, Alfred est importuné par un gamin.

- Meurtre :
59'30 = Il passe dans la rue au bras d'une femme.

- Numero 17 :
47'30 et 50'= Il est parmi les passagers du car détourné pour poursuivre le train.

- Les 39 marches :
6' = Il passe dans la rue devant le bus et jette un papier.

- Agent secret :
9' = Il passe dans la rue en levant la tête vers un cinéma.

- Jeune et innocent :
15' = Il est à la sortie du tribunal avec un appareil photo.



- Une femme disparaît :
89' = Il passe dans la gare avec une cigarette et une valise.

- Rebecca :
121' = Il passe derrière George Sanders auquel un policier reproche d'avoir mal garé sa voiture.

- Correspondant 17 :
10' = Il croise Joël Mac Crea dans la rue, en lisant un journal.

- Joies matrimoniales :
42'30 = Il passe devant l'immeuble qu'habite Carole Lombard.

- Soupçon :
44'30 = Il est debout dans la rue devant ce qui est probablement une boîte aux lettres.

- Cinquième colonne :
61'30 = Il est devant la vitrine d'un drugstore quand la voiture se gare. Une femme est avec lui, c'est Carole Stevens, sa secrétaire de l'époque.

- L'ombre d'un doute :
15'30 = Assis de dos dans un train, il joue au bridge. Il y a même un gros plan sur son jeu : 13 piques !

- Lifeboat :
23'30 = Il est en photo dans le journal lu par William Bendix.

- La maison du Dr Edwards :
36'30 = Il sort d'un ascenseur avec un étui de violon à la main.

- Les enchaînés :
64'30 = Il boit une coupe au buffet alors qu'arrivent Ingrid Bergman et Cary Grant.

- Le procès Paradine :
39' = Il sort de la gare avec Gregory Peck, il a un violoncelle à la main.

- La corde :
1' = Il passe dans la rue à la fin du générique (incertain)

- Les amants du capricorne :
2' = Il est dans la foule de dos à l'arrivée du gouverneur.
12' = Il est sur les marches du palais en discussion avec d'autres personnes alors qu'arrive la calèche.

- Le grand Alibi :
37' = Dans la rue, il se retourne sur Jane Wyman qui parle seule.

- L'Inconnu du Nord Express :
10' = Il monte dans le train avec une contrebasse.

- La loi du silence :
1' = Il traverse l'écran en haut d'un grand escalier.



- Le crime était presque parfait :
12'30 = Il est sur un photo que montre Ray Milland.

- Fenêtre sur cour :
26' = Il remonte une pendule dans l'appartement du musicien.

- La main au collet :
9' = Il est assis à coté de Cary Grant dans le car.

- Mais qui a tué Harry ? :
21'30 : Il passe sur la route devant les peintures que regarde un vieux monsieur.

- L'homme qui en savait trop :
25' = Il est de dos dans la foule qui regarde les acrobates.

- Le faux coupable :
0' = Il apparait avant même le générique pour parler au spectateur.

- Sueurs froides :
10' = Il croise James Stewart dans la rue devant une usine. Il a un cor à la main.

- La mort aux trousses :
1'30 = Il tente de monter dans le bus, mais la porte se ferme devant lui.

- Psychose :
6'30 = Il est debout avec un chapeau devant l'agence où entre Janet Leigh.

- Les oiseaux :
2' = Il sort d'une boutique d'animaux avec deux chiens.

- Pas de printemps pour Marnie :
4'30 = Dans un couloir d'hôtel, il sort d'une chambre et regarde la caméra.



- Le rideau déchiré :
8' = Dans le hall d'un hotel, il est assis avec un bébé sur les genoux. Il le change de position et se brosse le pantalon.

- L'étau :
28' = Dans l'aéroport, il est dans une chaise roulante poussée par une infirmière. Il rencontre un ami, et se lève pour le saluer.

- Frenzy :
3' et 4' = Il est au milieu de la foule avec un melon sur la tête.

- Complot de famille :
40'30 = Sa silhouette est vue de profil, avec quelqu'un d'autre, derrière la porte vitrée du bureau de l'état civil.




La poursuite

La poursuite est un élément marquant des films d'Hitchcock. En octobre 1950 il déclarait :
"Dans la structure idéale pour une poursuite, le rythme et la complexité de la poursuite reflèteront avec précision l'intensité de la relation entre les personnages."

La poursuite représente un atout fondamental pour l'élaboration d'un scénario d'un film à suspense : poursuivi, le personnage principal est dérouté et se lance dans une folle fuite en avant qui alimente le scénario.

L'exemple même du film poursuite est La mort aux trousses dans lequel le personnage principal ne sait même pas pourquoi il est poursuivi...


les femmes





Les films d'Hitchcock sont réputés pour leur pudibonderie apparente mais dégagent en même temps un érotisme certain. Le début de Psychose avec Marion en soutien-gorge étendue sur un lit dans la chaleur de Phoenix (Arizona) en est un vibrant exemple.



La période américaine du cinéaste (à partir de 1940) introduit le concept de la blonde hitchcockienne qu'Hitchcock s'amuse à manipuler, à métamorphoser tantôt en femme du monde, en voleuse, en psychopathe ou bien en espionne !


Hitchcock n'est pas homme à s'éprendre de ses créatures. Au moment de la sortie de Vertigo il clamait à qui voulait bien l'entendre : " Kim Novak n'est qu'une inconsistante cire qui m'a coûté les plus grandes peines à modeler. J'ai tout fait."



Les acteurs :


Né en 1893, Ivor Novello fut une vedette de théâtre classique avant de devenir la vedette des premiers films d'Hitchcock dont The lodger
et The manxman. D'allure très maniérée, il fut un homosexuel notoire, particularité dont Hitchcock se moqua allègrement dans
The lodger. Il mourrut en 1951.


Né le 20 mai 1908 à Indiana, James Stewart fut un des plus grands acteurs Hollywoodien. Il a tourné dans plusieurs grands succès d'Hitchcock dont la corde en 1948 Fenêtre sur cour en 1954 ou bien L'homme qui en savait trop en 1956,sueurs froides en 58. Il tourna également dans de nombreux films célèbres dont L'homme qui tua Liberty Valence au coté de John Wayne ou bien Sous le plus grand chapiteau du monde,la vie est belle... Il meurt le 2 juillet 1997.



De son vrai nom Archibald, Alexander Leach, Cary Grant est né le 18 janvier 1904 à Bristol en Angleterre. Il fut un des plus grands séducteurs (à la ville et à l'écran) de toute l'histoire du cinéma. Il fut marié successivement à Virginia Cherrill (de 1934 à 1935), Barbara Hutton (de 1942 à 1945), Betsy Drake (de 1949 à 1962) et Dyan Cannon (de 1965 à 1968). Il fut (avec James Stewart) l'acteur favori d'Alfred Hitchcock dans sa période la plus créatrice (1950-1960), la mort aux trousses,la main au collet.
Cary Grant
acceptera très mal de vieillir et quittera les écran en 1966 pour pratiquement ne plus se montrer en public jusqu'à sa mort le 29 novembre 1986.




Antony Perkins est né le 4 avril 1932 à New York. Génial interprète de Norman Bates dans Psychose en 1961, Il a joué également dans Paris brûle-t-il ? (1966) et dans Le crime de l'Orient-Express (1974). Il réalisera également le dernier volet de Psychose intitulé Psychose IV (1991) et jouera dans toutes les suites de Psychose (II, III, IV).
Epoux de Berry Berenson de 1973 à 1992, il meurt du SIDA le 12 septembre 1992.


Les actrices :



Grace Kelly est née à Philadelphie le 12 novembre 1929. Elle fut une des actrices fétiches d'Alfred Hitchcock.
Elle a joué dans plusieurs de ses films
les plus célèbres dont fenêtre sur cour,Le crime était presque parfait, et La main au collet . Outre les films d'Hitchcock, elle tournera dans le célèbre Le train sifflera trois fois de Fred Zinneman au coté de Gary Cooper.
Elle mourra le 14 septembre 1982 dans un accident de voiture tout près de l'endroit ou elle avait tourné la célèbre scène de la promenade en voiture de La main au collet...





Marilyn Pauline Novak est née le 13 février 1933 à Chicago (Illinois). Outre l'inoubliable Vertigo(1958), elle tournera également L'homme au bras d'or avec Franck Sinatra en 1956. Ce film fut l'un des premiers films américain à traiter du problème de la drogue.
Kim Novak se fera également remarquer en 1957 par une grève de protestation concernant le montant de son salaire...




Joan Fontaine de son vrai nom Joan de Beauvoir de Havilland est née à Tokyo le 22 octobre 1917.
Elle restera célèbre pour son interprètation dans le premier film américain d'Alfred Hitchcock Rebecca et surtout pour Soupçons
pour lequel elle obtiendra l'oscar de la meilleure actrice en 1942.




Trackbacks
Pour faire un trackback sur ce billet : http://cinecinema.zeblog.com/trackback.php?e_id=196571

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo :


Email (facultatif) :


Site Web (facultatif) :


Commentaire :


 
cinéblog - Blog créé avec ZeBlog